Home Articles Kanye West Président. Petite histoire de confiance.

Kanye West Président. Petite histoire de confiance.

written by Solène 8 juillet 2020
sororité

Kanye West veut devenir Président des Etats-Unis. Je ne dis pas qu’il est incompétent, je dis juste que Bigard ferait mieux.

Bref, c’est la petite nouvelle de la semaine qui aura animé les réseaux sociaux et les conversations. Nous aurons moqué sa décision, ne l’aurons pas pris au sérieux et serons passés à un autre sujet.

Comme si cette information avait vocation à nous amuser le temps de quelques apéros en terrasse, puis à s’en aller comme elle était venue.

C’est « marrant », je me rappelle avoir réagi exactement de la même façon, lorsque Trump s’est présenté ! En d’autres mots, en étant intimement convaincu que cela n’arriverait jamais. Trump, Président ? Soyons sérieux !
Et lorsque l’impensable est arrivé, je suis littéralement tombée des nues. Une belle claque.

Le monde avait en quelque sorte… trahi ma confiance.

J’ai tendance à dire que dans la vie tout est question de choix. Mais après réflexion, je dirais que tout est question de confiance. C’est bien la confiance en notre jugement ou en celui d’autrui qui nous aidera à prendre une décision.

J’ai deux qualités : je donne ma confiance comme des tracts en période d’élections et je cerne extrêmement bien les gens. Et j’ai un défaut : je donne rarement de seconde chance. Parce que je sais rapidement de quoi les gens sont faits.

Ça ne vous ait jamais arrivé d’être en face de quelqu’un qui vous ment effrontément et que vous vous en rendiez compte ? Ou essaie de vous manipuler, de semer la zizanie dans votre esprit ? Ou encore, vous tient un discours si faux, si inconsistant et si gros, que ça en devient risible ? Combien de fois avons-nous pensé « mais ils nous prennent vraiment pour des cons ! ».

Vous savez un peu comme, lorsque les tops model nous disent que leur « secret beauté » c’est « un grand verre d’eau dès le réveil ». Si vous saviez le nombre de verres d’eau que j’ai ingurgité au réveil entre 11 et 13 ans… Quand je me suis rendu compte qu’on se foutait bien de ma gueule, je suis passée aux crêpes Nutella, illico presto !

Et après, on s’étonne qu’il y ait une perte de confiance. Aujourd’hui, qui croire ? Combien de personnes – et je ne parle pas que des médias, des politiques ou des leaders d’opinions – sont sincères, entières, honnêtes, droites ? En qui pouvons-nous avoir confiance ?

Lorsque nous confions notre amour, notre amitié, notre carrière ou nos rêves, les heureux élus détiennent alors une petite part de notre être. Et lorsqu’ils trahissent cette confiance, alors ils gardent avec eux ce petit bout de nous, que nous ne récupérons jamais. Faire confiance est un risque.

Il y a cependant une personne en qui vous pouvez avoir confiance. C’est vous-même. Tous les mouvements féministes naissent grâce à des femmes qui ont suffisamment confiance en elles, pour taper du point sur la table. Dénoncer, s’insurger, débattre.

Alors si vous êtes de celles qui luttent chaque jour contre le syndrome de l’imposteur, qui n’osent pas s’exprimer devant un.e supérieur.e un peu trop charismatique, qui s’entourent d’amis toxiques, qui n’osent jamais dire “non” de peur de se sentir rejetée, qui redoutent le passage du col roulé au maillot de bain, qui détestent les “pool party”, qui ont besoin de la validation d’autrui en permanence… ARRÊTEZ TOUT.

Premièrement vous êtes normale, deuxièmement au diable les détracteurs. Se faire confiance est une bataille permanente, mais avez-vous déjà vraiment essayé ? Parce que récemment, je me suis rendue compte que je n’avais jamais VRAIMENT essayé.

Du coup j’ai fait le ménage. Non pas littéralement, ça c’est l’homme qui s’en occupe. Mais dans mes émotions et mes relations. Dans mes prises de position, aussi. Et je n’ai gardé que ce qui me rendait heureuse. Marie Kondo peut aller se rhabiller (ironique, je sais).
Je ne prends plus les choses personnellement et j’apprends à perdre certaines batailles. Tout n’est pas parfait, mais c’est un début.

Vous aussi vous pouvez taper du point sur la table. Car nous décidons entre quelles mains nous mettons notre confiance et qui sont les dignes héritiers d’une petite part de notre Être ou non.

Vous pourriez aussi aimer

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.