Home Articles Ça va, tu le vis bien de faire 1m40 ?

Ça va, tu le vis bien de faire 1m40 ?

written by Solène 14 mars 2020

“Ça va, tu le vis bien de faire 1m40 ?”. C’était hier soir lors d’une soirée entre amis à laquelle participait ma plus jeune soeur. Faute de centimètres, elle est bourrée de répartie, d’intelligence, d’humour.. et dotée d’un caractère bien trempé. Elle a donc répondu à cette remarque Ô combien inutile par une remarque tout aussi inutile : “Ça va, tu le vis bien d’avoir les oreilles décollées?”.
J’ai ri. C’était mérité. C’était méchant, mais mérité. Puisque ni le dialogue ni le bon sens n’ont l’air de fonctionner dans ce monde : aux grands maux, les grands remèdes !

Cet exemple n’est pas anecdotique. Les blagues sur notre petite taille sont permanentes. J’ai réussi à atteindre les 1m59 et demi (j’y tiens) mais j’ai longtemps été beaucoup plus petite que les autres. Et lorsque je répondais tout aussi brutalement que l’a fait ma soeur hier soir à mon interlocuteur (mes interlocuteurs ayant été à 100% des hommes), j’avais droit à un retour de bâton d’autant plus fort. Lorsque ce n’était pas une insulte, on me reprochait mon manque d’humour (où était la blague?) ou bien sur, ma préférée : “oh la la, mais tu as tes règles ou quoi ?”.

À aucun moment quelqu’un s’est dit : “cette personne ne m’avait rien fait, je viens de l’attaquer gratuitement et sans raison aucune sur son physique, il est normal qu’elle soit blessée ou du moins blasée par la lourdeur et lle manque d’originalité de mon propos”. C’est quand même incroyable, non ?

Les attaques sur le physique des femmes sont récurrentes. Les hommes sont attaqués sur leur intelligence en général, ce qui n’est pas plus malin, je vous l’accorde, mais encore faut-il avoir converser avec eux plus de 5 min pour juger de leur intelligence.
Une femme est jugée dès son entrée dans une pièce. Blonde donc stupide, trop grande, trop petite, pas assez mince, trop grosse, trop mince, pas assez bien habillée, pas assez sexy, trop sexy, vulgaire, pulpeuse, plate, trop grosse poitrine et j’en passe…

Et l’objet du jugement en dit long. L’homme est avant tout un cerveau et la femme un corps. Et dans cette logique, tout devient extrêmement clair quant à l’organisation actuelle de notre société puisque… le cerveau dirige le corps, n’est ce pas ?

C’est alors que notre corps devient notre seule préoccupation. Evidemment, puisque nous savons que nous allons être jugées par ce biais en moins de temps qu’il n’en faut à Usain Bolt pour parcourir 100m.

Alors on fait des régimes, on achète des vêtements et on achète des crèmes. Plein de crèmes : contre la cellulite, pour ne pas vieillir, contre les rougeurs, contre les cernes, pour les pieds, pour les jambes, pour les bras, pour le ventre, pour le visage.
Et puis on achète du shampoing, de l’après shampoing, des masques. On va chez l’esthéticienne, pour se faire enlever tous ces poils plus immondes les uns que les autres : les poils des jambes, les poils des aisselles, et les poils pubiens (nos préférés : 15 min de souffrance extrême mais un homme heureux, ça vaut le coup!).
Et gare à celle qui ne jouera pas le jeu ! Elle se fera rejeter par le troupeau et cataloguer de lesbiano-feminonaziste-ecolo sur le champ. Ouh la vilaine !

Je pense qu’hier soir, un jeune homme a manqué de peu l’occasion rêvée de faire la connaissance d’une personne extraordinaire. Peut-être était-ce de l’humour raté, de la taquinerie maladroite ou tout simplement de la méchanceté ou de la bêtise. On ne le saura jamais. Il ne le saura jamais. C’est con, non ?


D’ailleurs, puisque nous aimons la langue française chez Bobonne, revenons sur l’origine du mot con. Le mot con, du latin cunnus n’est en rien une vulgarité puisqu’il désigne le sexe de la femme (je vois vos regards s’illuminer à la compréhension, à l’instant même, du mot cunnilingus).
C’est au XIXe siècle que le mot prend un sens figuré injurieux : “l’emploi était alors misogyne, exploitant l’impuissance et la passivité du sexe féminin de l’imaginaire collectif”. Un détournement féminin probablement….

Sources Wikipédia & Larousse

Vous pourriez aussi aimer

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.