Home Newsletter Une femme ne se met jamais en colère…

Une femme ne se met jamais en colère…

written by Solène 22 septembre 2019

D’aussi loin que je me souvienne, lorsqu’il m’arrivait de jurer, ma mère me disait que ce n’était pas « joli dans la bouche d’une petite fille ». Pas d’un enfant… d’une petite fille. En grandissant on m’a appris qu’il ne fallait pas faire de scène, ne pas répondre, ne pas se mettre en colère.

Je pensais à l’époque que tout le monde était logé à la même enseigne. Filles comme garçons, nous nous devions d’adopter un comportement civilisé. Puisque j’ai toujours eu du mal à serrer les lèvres lorsque quelque chose me dérangeait ou ne me plaisait pas, j’ai développé l’art de la formule. La diplomatie fait partie de moi. Ce qui en soit est une bonne chose, il est toujours plus agréable de s’entendre dire les choses avec amabilité qu’avec agressivité ou froideur.

Ce n’est qu’en arrivant dans le monde de l’entreprise que je me suis réellement rendu compte de la différence de traitement. Il faut dire que, comme je vous l’ai dit auparavant, j’ai grandi dans une bulle de féminisme latent, guidée par des femmes fortes, des hommes ouverts et tolérants et les injustices que j’ai connues n’étaient pas liées, ou peu, à une différence de traitement. Ou du moins je ne m’en rendais pas compte, ou pire je pensais que les attitudes machistes, misogynes, sexistes auxquelles je devais faire face n’étaient que des cas isolés. Des gens malades en somme.

Mais en arrivant dans le monde du travail, à Paris qui plus est, je me suis pris une claque. Il faut dire que j’ai fait mon premier stage, à 19 ans dans la mode. Je cherchais un peu les embrouilles aussi. Le royaume de la femme objet a eu raison de moi, j’ai définitivement abandonné l’idée de travailler dans ce milieu ce qui ne m’a pas empêché de vouer un amour inconditionnel pour “la mode” (“Je ne suis pas folle vous savez!”).

Il faut dire aussi que si vous cumulez les statuts de stagiaire et de femme en entreprise, vous arrivez juste au-dessus de la machine à café et de la photocopieuse, dont l’usage vous est exclusivement réservé par ailleurs.
Moi et ma diplomatie avancions donc dans ce petit monde jusqu’au jour où un journaliste est arrivé à une des soirées presse que nous organisions et à scander un joyeux « Eh bien, on les recrute au physique ici ! », suivit d’un rire gras. Drôle. Gros beauf.

Mais ce que je ne savais pas, c’est qu’il n’était pas un cas isolé. L’humour sexiste est partout, les remarques sexistes et sincères sont décomplexées. Les remarques sur notre physique, notre tenue sont loi.
Je me suis rendu compte alors que ces remarques je les entendais depuis toujours, mais à l’échelle d’une petite ville et d’un cercle social un tant soit peu choisi et civilisé, moins. Et pourtant la phrase de ma mère raisonnait. Le sexisme est incroyablement ancré, car lorsqu’un petit garçon jure, vous n’êtes pas choqués vous vous dites « oh il grandit si vite ».
Lorsqu’une femme adopte une attitude légèrement autoritaire, elle passe pour une mégère, aigri et qui je cite « ferait bien de baiser un coup » … Un homme quant à lui passe pour un futur leader.

Osez hausser la voie pour exprimer un désaccord et vous serez accusée d’être dépendante de vos hormones et de ne pas savoir les contrôler. « Oh mais elle a ses règles Micheline aujourd’hui ? ». Non gros beauf, elle n’a pas ses règles, Micheline en revanche elle aimerait bien qu’on la laisse exister si ce n’est pas trop demandé ?
Je sais que ces petites remarques sont rentrées dans le langage courant. Devenues des expressions plus que des pensées ancrées, elles n’en restent pas moins injustes, lourdes et oppressantes. L’oppression latente et inconsciente entretenue par les hommes comme les femmes. Celles qui, sous couvert d’humour, nous briment au quotidien et nous ramènent à notre statut de femme.

Alors je ne sais pas vous, mais moi j’ai bien envie de pousser une gueulante demain matin en arrivant au bureau !
« Alors les petites bites, on a passé un bon week-end ? » Oh, ça va les gars ne vous vexez pas, ce n’est que de l’humour, voyons !

Vous pourriez aussi aimer

1 comment

Marinelle 14 janvier 2021 at 11 h 26 min

La chute est magique !

Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.