Home Articles Pourquoi le féminisme ? La revue de presse de la semaine.

Pourquoi le féminisme ? La revue de presse de la semaine.

written by Solène 7 décembre 2018

Revue de presse. Le féminisme est souvent en proie aux critiques, sa légitimité est souvent remise en cause et son utilité discutée. J’ai décidée de vous exposer, régulièrement, des faits d’actualité qui démontrent le bien-fondé de son existence.  

Le Ballon d’Or féminin

Cette histoire avait pourtant bien commencé : France Football avait décidé de créer l’équivalent du Ballon d’Or que nous connaissons tous, mais version féminine. Initiative que nous saluons. Aussi, la joueuse d’origine norvégienne, Ada Hegerberg, attaquante à l’olympique Lyonnais s’est vue remettre la prestigieuse récompense.

Une victoire pour les femmes, me direz-vous, si ignorées dans ce sport testostéroné. Mais la victoire de la jeune femme a été quelque peu ternie par la remarque du DJ Martin Solveig, qui animait la partie musicale de la soirée lorsqu’il lui a demandé si elle twerkait. Une intervention, probablement pas mal intentionnée, mais qui n’en reste pas moins sexiste et dont on se serait bien passé.

La Warrior Week, stage pour masculinistes

Le journaliste Martin Weill, révèle dans un teaser effrayant les dessous de la Wake Up Warrior, une entreprise fondée par l’américain Garrett White et à l’initiative de la Warrior Week, un stage d’une semaine donc, pour que les hommes “redeviennent de vrais mâles”.

https://www.facebook.com/Qofficiel/videos/2166141736839127/

On peut alors entendre ce dernier prôner le masculinisme. L’homme est a priori quelque peu remonté contre les femmes : “Un vagin ne sera jamais un pénis. Une femme peut faire croire toute la putain de journée qu’elle est agressive et masculine. Mais quand un putain de vrai mec se pointe, elle est foutue !”. Sympa.

Et il en profite pour fustiger la gent masculine  (et les homos): « On se demande pourquoi le terrorisme est omniprésent. C’est parce que vous avez des pays entiers avec des mecs qui sont des tarlouzes. ». Un homme délicieux en somme.

L’article de l’Obs. par David Bailly : « La splendide indifférence des féministes pour les “gilets jaunes” »  

David Bailly, journaliste pour l’Obs, est connue pour sa plume aiguisée. Et cette fois, surprise (non) ce sont les femmes qui ont pris. Il explique dans son article que : « A la différence de Mai 68, où des étudiants invitaient les ouvriers à se mettre en grève, les têtes de pont du féminisme français n’ont que dédain pour la France des périphéries et des zones rurales ». Une conclusion hâtive et non fondée que le journaliste tire de quelques tweets de participantes à la marche Nous Toutes comme celui-là :

presse féminismeIl est très intéressant de sa part de s’exprimer de la sorte sans avoir creusé le sujet et récolté les informations nécessaires (comme en parler avec le mouvement Nous Toutes, par exemple) pour comprendre que les deux mouvements, de par leurs formes et leurs revendications n’étaient pas compatibles.

Effectivement, le mouvement des gilets jaunes est une réaction face à une mesure. La marche Nous Toutes était en revanche proactive pour engendrer des mesures. Elles se différent également par la forme, la première est spontanée donc désorganisée, sans messages clairs et établis, la seconde en revanche était préparée, organisée et avec des messages clairement exprimés et viables (applicables) dans l’immédiat. Dans une globalité, nous voulons tous une société plus juste et équilibré, donc pourquoi pas lier nos forces à l’avenir, mais ce jour-là c’était incohérent

Et il conclut par ces quelques mots invitant à hiérarchiser les douleurs des femmes (classe !) : « Et que, pour une femme qui doit élever seule ses enfants, le sujet des fins de mois préoccupe davantage, encore aujourd’hui, que l’écriture inclusive, la GPA ou les déboires de quelques actrices d’Hollywood ».

Bref, à côté de la plaque.

Une robe pour détecter les agressions sexuelles au Brésil

presse féminisme

Initiée par une agence de publicité pour le compte de Schweppes, une équipe de recherche a mis au point une robe équipée de capteurs sensoriels qui enregistrent les pressions sur le corps et les transmettent ensuite sous forme de visualisation sur un écran de contrôle. Trois femmes ont été envoyées dans une boîte de nuit de Sao Paulo pour la tester. Résultat ? Elles ont été touchées 157 fois en quatre heures. Charmant.

Le cyber-harcèlement de Marie Laguerre.

presse féminisme

L’été dernier Marie Laguerre se promenait tranquillement dans la rue lorsqu’un homme l’interpelle puis la frappe. Son agresseur avait été condamné à un an de prison dont 6 mois fermes. La justice existe bien. Mais l’affaire ne s’arrête pas là, puisque la jeune femme est, depuis, la cible de nombreux messages d’insultes et de menaces sur les réseaux sociaux. Pour montrer la violence que peut représenter le cyber-harcèlement, vous trouverez ci-dessous des extraits non exhaustifs de ces messages nauséabonds diffusés par l’Obs. La jeune femme a décidé de porter plainte.

 

Voilà. Le féminisme c’est pour éviter tout ça.

 


Extraits des insultes et menaces reçues par Marie Laguerre sur les réseaux sociaux. 

«L’enfer est fait pour les femmes comme vous» ; «Va mourir Marie» ; «Crève sale bourgeoise de merde […] tu t’habilles et tu te maquilles comme une pute, ne viens pas pleurer sale conne» ; «Marie la grosse pute» ; «Si un jour je croise Marie Laguerre dans la rue, je lui démolis la mâchoire et elle mangera à la paille jusqu’à la fin de sa vie» ; «C’est bien fait pour toi Marie, tu as voulu ouvrir ta gueule, tu as perdu» ; «En te déshabillant de force, je bande» ;

«Va te faire foutre sale bourgeoise, tu n’as rien vu de la vie c’est juste une claque que t’as pris et tu vas au tribunal maquillée comme une potasse (sic), tu parles d’une traumatisée je ne te soutiens pas sale conne» ; «Sale pute ! Abus de pouvoir. Profiteuse. Connasse » ; « Marie, tu as insulté et injurié d’un doigt d’honneur un mec, si j’avais été à sa place, je t’aurais sûrement massacré, sale merde ! PS : Tu es trop moche pour te faire draguer » ; « Vous êtes une salope, l’autre timbré aurait dû vous tuer » ; « Pourquoi les médias donnent autant d’importance à ce déchet humain ?» ; « Elle n’a qu’à pas s’habiller en prostituée » ;

Et ça continue…

« Salope !» ; « Je pense quand même que ta mère aurait dû avaler ce jour où elle t’a conçu, ça t’aurait évité bien des galères » ; «T’es dégueulasse» ; «Quelle dinde. Ta vie est devenue de la merde ? T’inquiètes ce n’est que le début la chambre pleureuse. Il t’a mis une baffe dans ta gueule. Dommage qu’il n’ait pas serré le poing » ; « Sale chienne » ; « Oh dur dur d’être une femme, pauvres petites victimes innocentes, à se trémousser dans la rue, le cul à l’air et qui viennent se plaindre d’attouchements sexuels des hommes qu’elles cherchent à provoquer. Bande de grosses connes » ;

« Sale suceuse de bites » ; « Marie Laguerre en même temps quel homme ne rêve pas de te gifler ? Féministe de gauche politiquement correcte moralisatrice dramatique victimaire » ; « Tout ça pour une simple gifle donnée à cette dévergondée, alors que c’est des coups de fouet qu’elle mériterait » ; « Tu es un être humain misérable. Gâcher la vie d’un mec alors que c’est toi qui l’a insulté. Tu mérites que de la guigne dans ta vie et c’est tout ce que je te souhaite. J’espère que tu es stérile et que tu vas crever toute seule. Misérable personne que tu es » ;

« C’est bien fait pour ta gueule c’est vrai que tu es moche ta place c’est dans un zoo et non à Paris, c’est dommage qu’il ne t’ait pas explosé la gueule devant tout le monde j’aurais adoré ça » ; «Et j’espère que tu vivras pire que ça sale bourgeoise mal baisée» ; «Tu mérites de mourir dans d’atroces souffrances.»


 

 

Vous pourriez aussi aimer

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.