Home Articles L’amour : déceptions et désillusions. Comment y remédier ?

L’amour : déceptions et désillusions. Comment y remédier ?

written by Solène 2 février 2018

L’amour mène souvent à un flot de déceptions et de désillusions qui nous fatiguent. On en ressort blessées, tourmentées et nous peinons à retrouver foi en ce sentiment si beau. D’où cela vient-il et comment y remédier ?

Vous avez déjà remarqué à quel point notre cœur joue au yoyo lorsqu’une relation débute ou même commence à mûrir ? Pourquoi avons-nous hâte de passer à nouveau du temps avec la personne qui nous aura plu pour que finalement, des sentiments de déceptions et de désillusions nous envahissent et nous fassent douter ? Hors critères de timing et d’alchimie propre dans les relations, c’est sur ces émotions que nous allons insister. D’où viennent-elles ? Comment les dépasser ? Nous vous livrons quelques réponses. A vous de jouer ensuite.

D’où viennent nos illusions ?

L ‘idée de l’amour dans la culture populaire

On m’a demandé l’autre jour quelles étaient, pour moi, les vraies histoires d’amour référentes que j’avais en littérature ou au cinéma. Force est de constater que j’ai eu une certaine difficulté à répondre. Après m’être quelque peu creusé les méninges, et avoir nommé quelques ouvrages ou films qui m’avaient marquée ou touchée, j’ai réalisé que la beauté d’une histoire d’amour réside dans la passion qui en découle.

amour

Une belle histoire, bien tragique. “Titanic”, 1998.

Les histoires d’amour qualifiées d’exceptionnelles et ayant marqué nos esprits sont toujours dramatiques. Elles sont rythmées par la souffrance d’un personnage, d’une situation sociétale ou historique et ont souvent une fin tragique. L’amour triomphe toujours. L’amour est plus fort que la différence de classe sociale, les guerres, la maladie, un naufrage. Par amour, les héros sacrifieraient leurs propres désirs, leurs proches, leurs valeurs, parfois leurs personnalités. Par amour ils tueraient ou se tueraient (Oh Roméo, Roméo !).

Des histoires qui ne sont qu’excès et exceptions mais qui nous persuadent que l’amour doit être intensément dramatique.

A contrario les contes de fées qui nous ont bercés ou les films réalisés pour un public féminin nous amène à croire tout d’abord que l’amour est notre seule raison de vivre (super!), ensuite que les happy endings durent forever and ever (nous nous demandons toutes à quoi ressemble véritablement la vie de Cendrillon maintenant !) et finalement que c’est l’homme qui se doit de tout prendre un main. C’est lui qui nous court après et nous expose à des situations de romantisme extraordinaires (pour le féminisme on repassera). Et encore une fois, même dans les contes de fées, il faut voir ce qu’elles endurent avant d’être libérée, délivrée.

Est-ce qu’un homme est déjà venu sonner chez vous avec des pancartes et une chorale de Noël pour vous déclarer son amour ? Je ne crois pas non. Et ce pour la bonne raison que personne ne fait ça. Personne.

amour

Ce la n’arrive JAMAIS. “Love actually”, 2003

L’illusion de l’autre

Si nous enlèvons les critères d’incompatibilités intrinsèques à deux individus impliqués dans une relation, la déception vient principalement de l’imaginaire. L’idée que nous avons de l’amour comme vu précédemment et également l’idée que nous avons de la personne que nous désirons versus celle que nous avons réellement en face de nous.

Il est alors important de revenir sur une question essentielle : Comment tombons-nous amoureux ?

Stendhal nous livre en 1822 sa théorie qu’il nomme “cristallisation“. Le concept est simple : « Il suffit de penser à une perfection pour la voir dans ce qu’on aime ».

“Cela se réduit à s’exagérer une propriété superbe, qui vient de nous tomber du ciel, que l’on ne connaît pas, et de la possession de laquelle on est assuré. Laissez travailler la tête d’un amant pendant vingt-quatre heures, et voici ce que vous trouverez. Ce que j’appelle cristallisation, c’est l’opération de l’esprit, qui tire de tout ce qui se présente la découverte que l’objet aimé a de nouvelles perfections.”

amour

Stendhal.

Il explique en ces mots que l’être aimé tel qu’il est réellement n’existe plus. Pour l‘amoureux transfiguré par la passion, seul existe l’être parfait. Mais ce concept aussi vrai qu’il soit, ne s’applique pas aussi simplement dans la réalité. Et ne s’inscrit plus dans notre société. Tout d’abord parce que nous avons des attentes plus exigeantes qu’à d’autres époques et une idée toute faite de ce que doit être l’amour. `

Mise en application

L’histoire est simple : vous rencontrez un homme, vous prenez un verre, vous discutez. Ça c’est la première étape. Il vous plait, vous trouvez en lui des qualités qui vous séduisent, un physique qui vous attire. L’opération est en route.

Imaginez alors, qu’il se passe une semaine entre ce premier verre et la deuxième rencontre. Votre esprit va projeter sur cet homme les fantasmes que vous avez sur ce que doit être l’amour et ramener à lui les qualités que vous recherchez chez un homme. L’illusion est créée. S’en suit le fameux deuxième rendez-vous. Le coeur gonflé à bloc et plein d’espoir. Malheureusement l’homme n’est finalement pas si drôle, pas démonstratif, maladroit et pas si brillant que vous le pensiez. Vous le voyez tel qu’il est. Déception. Fin de l’histoire. 

amour

He’s just not that into you. 2009

Ce sentiment est d’autant plus renforcé par l’entretien de la relation virtuellement. Effectivement, nous échangeons quasi-quotidienneemnt via messages, what’s app, Messenger et j’en passe. Notre esprit construit alors une image autour de ces mots et celle-ci est souvent éloignée de la réalité. C’est exactement le même principe que lorsque vous lisez un livre et que vous imaginez le personnage et quand vient l’adaptation au cinéma, vous êtes généralement décue car l’acteur ne correspond pas à ce que vous aviez imaginé.

Dans le meilleur des cas, nous tombons réellement amoureux et nous pouvons alors à notre guise utiliser le vieil adage : « l’amour rend aveugle ». Dans le moins bon des cas (car ce n’est pas non plus le « pire »), nous sommes juste déçus.

Ce cercle vicieux entre l’imaginaire enseigné, l’imaginaire créé, nos attentes et la réalité est un véritable poison à la relation. La vraie question c’est : “d’accord, mais maintenant que faisons-nous ?”

Comment y remédier ?

Les réponses vous les connaissez, il suffit de les intégrer.

“Ca viendra quand tu t’y attendras le moins”.

Effectivement. Etre en recherche de l’amour c’est le meilleur moyen de se planter. Parce que vos motivations biaisent vos émotions. Les meilleurs soirées sont celles qu’on improvise, les plus grands fous-rires naissent dans des moments inappropriés, les plus belles histoires quand on ne s’y attend pas. Premièrement parce que l’espoir que vous allez alors fonder en chaque rencontre est démesuré et provoque alors forcément des frustrations. Deuxièmement parce que les choix par défauts issus d’une volonté propre sont toujours une mauvaise idée. Cherchez-vous à tout prix quelqu’un au point de foncer tête baissée, sous l’impulsion de vos envies et non de vos émotions réelles ? Soufflez, profiter de votre liberté.

amour

Profitez de votre célibat ! “I’m a single lady”, Beyoncé.

Prenons un exemple :

Vous avez une folle envie de Nutella. Vous allez au supermarché, tout en vous imaginant manger votre tartine devant la dernière saison de The Crown. Un moment rien qu’à vous qui se promet d’être proche de la jouissance. Arrivée dans le rayon, plus de Nutella. Vous vous rabattez alors sur la “pâte à tartiner aux noisettes“. Vous vous dites à ce moment que c’est extrêmement similaire au Nutella : composition proche, texture équivalente, ça fera le job. Oui mais seulement ça n’a quand même pas la même saveur.

Et si justement vous laissiez tomber ces critères ridicules.

amour

Oui bien sur, des petits cadeaux de la vie, comme celui là, ça arrive tous les jours. “Crazy Stupid Love”, 2011.

Le combo : beau-intelligent-gentil mais un peu rebelle, c’était bien quand vous aviez 15 ans. Vous avez maintenant passé la trentaine (ou vous vous en approchez), vous vous connaissez bien et vous savez ce qui vous correspond. Fort bien. En revanche il faut parfois laisser tomber quelques exigences et ses idées reçues et laisser place à un peu de spontanéité.

Prenez le temps.

BORDEL Prenez le temps. Rome ne s’est pas construite en un jour et il a fallu neuf mois pour que vous ressembliez à quelque chose de convenable, alors non, si vous ne tombez pas folle amoureuse au bout du premier Spritz, ça ne signifie pas que ça vous mènera nulle part. Surtout arrivée à un certain âge, quand vous vous êtes pris 3-4 claques dans la gueule, vous y allez un peu plus mollo sur l’engagement et la passion. Et si on y regarde de plus près, l’étymologie du mot passion nous vient du latin « patior » qui signifie la souffrance et sa définition emploie des termes comme “irraisonnée”. Pas étonnant alors que l’amour soit synonyme de douleur. Donc la passion c’est sûr que c’est beau, mais on s”en passe. L’amour peut être doux et serein tout en étant fort.

amour

La passion finit souvent dans les larmes. “Sur la route de Madison”, 1995.

Limitez le virtuel et privilégiez le réel.

N’espacez pas trop vos rencontre, votre esprit aura moins le temps de divaguer et n’entretenez pas le mythe via messages interposés. Rien ne vaut un diner les yeux dans les yeux, surtout au début.

Laissez vos rêves de petites filles au placard.

amour

Si tu perds ta chaussure à minuit c’est que tu as trop bu. “Cendrillon”, 1958

On a beau le savoir, notre subconscient a été conditionné. Prenez du recul, rappelez vous que la vie, ce sont des choix, des compromis, c’est rompre ses barrières, repousser ses limites. Ce sont des humains qui ont leurs bagages, leurs histoires, leurs complexes, leurs blessures, leurs qualités, leurs défauts. Comme vous. Personne n’est parfait, rien n’est écrit, il n’y a pas de scénario, que de l’improvisation.

La vie, ce sont des talons qui nous laissent des blessures aux pieds et qui ne ramènent aucun prince. Mais parfois il y a quand même quelqu’un à nos côtés qui nous aide à marcher en fin de soirée.

Vous pourriez aussi aimer

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.