Home Articles Harcèlement de rue. Féminisme, égalité, équité… Respect ?

Harcèlement de rue. Féminisme, égalité, équité… Respect ?

written by Solène 26 octobre 2018

Petite leçon de savoir vivre pour tous ceux qui ne comprennent rien au harcèlement de rue.

« Maintenant, un regard et elles font une crise de nerfs ». « En même temps, tu as vu comment elle était habillée ? ». STOP. Cela doit s’arrêter. Vraiment.

Le curseur

Dans les débats autour du harcèlement de rue, chacun et chacune se cache derrière de grandes théories sociétales et sociologiques pour tenter de justifier son propos. Nous allons chercher, loin, très loin dans l’histoire du monde et des sociétés pour savoir si les agissements d’aujourd’hui sont les conséquences de nos actes passés. Où doit-on placer le curseur en matière de harcèlement de rue ?

Devons-nous ne plus jamais regarder quelqu’un que nous jugeons séduisant(e) ou ne plus jamais « tenter notre chance » en abordant une fille, ou un mec dans un bar, dans une rue ?

Je comprends qu’à force de polémiques biaisées par la sphère médiatique la plupart d’entre vous soient perdus. Effectivement les médias s’en donnent à cœur joie en invitant des personnages plus extrêmes les uns que les autres. Ainsi ils faussent l’information réelle et desservent la cause (des femmes) par la même occasion. Comment ? En généralisant, diffusant des données erronées, étant de mauvaise foi et en adoptant un comportement provocateur dans le seul but de servir leur propre notoriété (coucou Zemmour!).

harcélement

Catherine Millet, sur l’antenne de France Culture : “Ça c’est mon grand problème, je regrette beaucoup de ne pas avoir été violée. Parce que je pourrais témoigner que du viol on s’en sort”.

> > > Lire notre lettre ouverte à “Catherine Deneuve et ses copines” après la publication de sa tribune sur le droit à importuner < < <

Le respect

Oublions un instant le féminisme, les féministes, les demandes en matière d’égalité et d’équité (juste un instant j’ai dit, calmez-vous) et permettez-moi de vous présenter une notion très très simple que vous connaissez et êtes censés avoir intégrés depuis longtemps : le respect.

Et puisqu’apparemment cette notion a été beaucoup trop oubliée dans la vie en général, je vais être obligée de vous parler comme à des enfants de 4 ans : Tout simplement, avant d’agir, demandez-vous si ce que vous êtes sur le point de faire est respectueux.

Vous me direz, cela se rapproche grandement de la notion de bien ou de mal. Alors, pas exactement. La notion de bien ou de mal est beaucoup plus tranchante et est surtout liée à l’acte en soi. Alors que le respect est lié à la personne : « Sentiment qui porte à accorder à quelqu’un de la considération en raison de la valeur qu’on lui reconnaît. »

harcélement

Marie Laguerre, s’est faite agresser en juillet dernier à Paris. Son agresseur qui l’avait giflée a été condamné à 12 mois de prison dont 6 mois fermes.

Mais où placer le curseur du respect me direz-vous, alors ?

Et bien c’est assez simple. Pour traiter une personne avec respect, il faut la traiter comme vous aimeriez qu’on vous traite (GENIE !). Ou comme si c’était une personne que vous aimez, un parent, un frère, une sœur, un(e) ami(e).

  • Est-ce que vous aimeriez qu’un mec (bourré s’il cherche une excuse) abuse (viole serait le terme juste) de votre sœur alors qu’elle est à moitié inconsciente ?
  • Est-ce que vous aimeriez qu’on traite votre mère de pute dans la rue ?
  • Souhaiteriez-vous qu’un inconnu, ne serait-ce que frôle les fesses de votre petite amie dans les transports en commun ?
  • Trouveriez-vous ça drôle qu’un mec insiste lourdement auprès d’une de vos amies au point de la mettre mal à l’aise, voire lui faire peur ?

Et ça marche pour tout c’est assez dingue. Absolument TOUT. Nous pouvons étendre cette théorie au comportement à adopter au bureau (blagues sexistes lourdes, harcèlement moral, sexuel), à l’école (bullying), au couple etc.

harcélement

Et vous mesdames ?

Alors bien sûr, j’adresse ce message en particulier aux hommes. Mais mesdames…. La solidarité ça vous parle ?

Parce que lorsqu’on traite une femme de “bitch”, de “pute”, de “salope” en fonction de sa tenue, son maquillage, sa coiffure, nous contribuons et alimentons les discours que je mentionnais au début de cet article et nous renforçons la culture du viol. Parce qu’associer un mot injurieux à une femme c’est lui mettre une étiquette. Et cela renforce ainsi le fait de dire d’une femme “qu’il n’est pas étonnant qu’elle se soit faite violer parce qu’elle était habillée comme ci ou comme ça”. C’est justifié son viol, son agression, ou l’insulte qui lui sera portée (pour rappel, pour 27% des Français, l’auteur d’un viol est moins responsable si la victime portait une tenue sexy).

harcélement

Extrait du film “Mean Girls”.

À tous.

Entendons-nous bien. RIEN, absolument RIEN ne justifie un manque de respect. RIEN ne justifie une main aux fesses, une insulte et pire encore un viol. RIEN ne justifie un abus physique ou psychologique sur une autre personne. ABSOLUMENT RIEN.

Si vous avez des problèmes de quéquette et d’égo merci d’aller voir un psy mais arrêtez de nous faire chier.

Là par exemple je généralise, diffuse une information subjective et non fondée, je suis de mauvaise foi et provoque dans le seul but de servir ma propre notoriété finir cet article sur une touche d’humour.

Vous avez compris ?

Vous pourriez aussi aimer

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.